Le cheval au cœur de l’entreprise

Le cheval au cœur de l’entreprise

Ce n’est pas pour rien si cette pratique a le vent en poupe.

Le monde actuel bouge très vite.

A l’air d’internet, du portable et du jetable, l’humain d’aujourd’hui est contraint de développer son adaptabilité (à la législation, aux désirs des clients, à la précarité de l’emploi etc.…).

Si le modèle de nos ainés était empreint de longévité et de stabilité concernant l’emploi (mais aussi de mariage, de qualité du matériel etc.… mais ce n’est pas le sujet 😉  ), si l’importance était donnée à « ce qui a toujours fonctionné », aujourd’hui ce qui fonctionne un jour ne fonctionne plus 3 mois plus tard.

Les règles changent, les priorités changent, le personnel change, bref, nous vivons dans un monde où tout semble aller plus vite et où nous ne pouvons nous permettre de rester assis en attendant que « ça » passe.

Seulement, si certains ont la capacité d’adaptation nécessaire, d’autres sont encore englués dans l’ancien modèle et parfois beaucoup moins réactifs que leurs impératifs le réclament.

Aussi éloigné que tout cela puisse paraitre de la relation avec le cheval, je vais vous montrer en quoi cette recherche d’osmose entre l’homme et l’animal peut aider à gérer au mieux la vie professionnelle des dirigeants comme des employés.

Le cheval étant toujours dans l’instant présent, il réagit aux stimuli en présence desquels il se trouve et non par rapport à des hypothèses. Il est donc réceptif à son environnement et réactif en fonction de celui-ci. Demander quelque chose à un cheval exige de mettre en place les stimuli permettant d’obtenir la réponse désirée.

Lorsque la demande n’aboutit pas à la bonne réponse, il est important de chercher ce qui ne va pas dans la demande et de la réitérer, soit avec plus d’énergie, soit avec plus de clarté, soit avec plus de calme selon les cas.

Si certains chevaux sont très réactifs, d’autres sont beaucoup plus difficiles à faire bouger, il est alors important de prendre en compte la spécificité de l’animal.

Cela demande à l’humain d’être centré sur sa demande et surtout clair dans ses intentions.

Au même titre que lorsqu’il aura une demande à faire à un collègue, à un supérieur ou à un subordonné, il est nécessaire qu’il soit clair et qu’il prenne en compte la personne en fonction de son caractère, de son statut et de son état émotionnel.

Le cheval peut également « zapper » un humain, si ce dernier lui parait inoffensif et surtout dépourvu d’intérêt. L’humain apprend alors à s’affirmer un peu plus et à se rendre intéressant aux yeux de l’animal afin de créer la connexion nécessaire à la coopération recherchée.

A contrario, un personnage trop volubile ou envahissant peut générer un stress chez l’animal qui modifierait son comportement instantanément.

Cela va sans dire que c’est tout à fait transposable aux relations humaines.

Mais le cheval peut être aussi « cheval-réconfort » et apporter un soutien moral par sa présence chaleureuse et son attitude non-jugeante.

Il peut à la fois inspirer cette attitude à ceux qui souhaiteraient se l’approprier, mais aussi être l’allier d’une personne traversant une situation difficile.

Ce qui est intéressant dans ce genre d’approche, c’est de constater comment certains vivront l’expérience comme un défi à relever, d’autres comme la création d’un lien affectif, d’autres encore comme l’inspiration d’un savoir-être nouveau et plus adapté à leur réalité professionnelle (et personnelle mais ce n’est pas le sujet de l’article).

Mais ce qui rend ces apprentissages pérennes, c’est l’impact émotionnel qu’ils laissent dans l’esprit des participants qui ont pu mesurer et observer en quoi leur attitude non-verbale, leur affirmation personnelle, leur détermination et leur leadership ont pu créer une dynamique positive et les conditions favorables à une coopération fructueuse.

Reproductibles au sein de l’entreprise, cela permet de développer l’esprit d’équipe et de comprendre également que chacun a une vision du monde et un mode de fonctionnement différent et que cette variété peut devenir une richesse plutôt qu’un handicap à condition de s’y adapter.

En ce qui concerne la méthode CAVAL-CONNECT, l’apport de la sophrologie majore l’efficacité de la démarche en ce sens qu’elle permet :

  • Un travail sur le corps et les 5 sens.
  • Un recentrage sur soi et une observation neutre et bienveillante de ses pensées/émotions/comportements.
  • Une prise en compte des éléments extérieurs par l’acceptation de la réalité d’autrui et également une observation neutre de leurs pensées/émotions/comportements.
  • L’acquisition d’outils permettant le lâcher-prise qui lui-même facilite le changement (laisser partir les anciens schémas et se centrer sur le but à atteindre) et par conséquent :
  • Le développement d’une certaine flexibilité.
  • Un développement également d’une vision plus optimiste de la réalité, donc une attitude plus proactive.

Cette liste n’est bien-sûr pas exhaustive, et CAVAL-CONNECT utilise également d’autres méthodes telles que la PNL, l’hypnose, le coaching, etc…

Le bénéfice est, bien entendu proportionnel à la durée de l’intervention et chaque entreprise définit la thématique qui lui semble la plus appropriée à ses besoins.

De la gestion du stress, au développement des ressources humaines en passant par l’optimisation de la cohésion d’équipe, l’accent est mis sur les priorités et les objectifs définis d’un commun accord entre l’entreprise et le prestataire CAVAL-CONNECT.

Nous avons à cœur de développer cette dynamique qui permet, au-delà des bénéfices retirés de nos interventions, de créer la rencontre entre un public divers et varié et cet animal fabuleux qu’est le cheval, mais aussi de faire découvrir que le cheval n’a pas forcément besoin d’être monté pour être utile à l’homme et que sa compagnie est précieuse.

Vous voulez en savoir plus ou programmer une intervention, n’hésitez pas à nous contacter :

Samantha Mercier