Ce que la sophrologie apporte au cavalier

L’équitation est une discipline sportive à part, dans le sens où l’exercice est individuel mais sa réussite dépend d’un autre être vivant, en l’occurrence le cheval. C’est donc bien un binôme qui pratique l’équitation, la monture elle-même étant en interaction avec son environnement et apportant ses vertus, sa sensibilité et ses perceptions. Pour améliorer le lien entre le cavalier et le cheval, la sophrologie s’avère une solution idéale qui offre de probants résultats.

La sophrologie pour une meilleure cohésion du couple homme/animal

La sophrologie a pour but de mieux se comprendre en dévoilant les freins et les éléments bloqueurs qui empêchent d’accéder à un certain bien-être. Dans le cadre de l’équitation, il peut s’agir d’angoisses liées à une mauvaise chute ou de stress qui submerge le cavalier à l’approche de la compétition.

La sophrologie cherche aussi à convaincre la personne en demande de relation d’aide qu’elle possède en elle toutes les ressources et toutes les énergies pour résoudre son problème. La thérapie brève s’appuie sur la définition d’un objectif précis, un temps de travail déterminé et une stratégie à adopter pour atteindre le but fixé.

Avec la sophrologie, le cavalier va donc mieux se connaître. Le sportif émérite ou débutant apprend à mieux utiliser sa vue, son toucher, son ouïe, son odorat. Il appréhende ses émotions de manière plus positive en prenant le temps d’écouter ce qu’il ressent intérieurement.

La sophrologie ancre le cavalier dans le présent pour mieux le connecter au cheval. En réalité, la stratégie est très simple et peut se résumer ainsi : apprendre à mieux se connaître pour améliorer la relation qu’il entretient avec sa monture. Et plus la relation sera optimale, plus le sportif sera performant en compétition.

Quelques exercices de sophrologie pour un cavalier

Le cheval est connu pour son hypersensibilité. Il perçoit des émotions enfouies qu’un humain mettra plus de temps à identifier. Bien souvent, la raison de la nervosité d’un cheval provient des émotions qu’il perçoit dans son environnement, au premier rang duquel son cavalier. C’est en quelque sorte le principe du vase communicant : l’humain n’est pas serein, ce qui va perturber le cheval, donc provoquer un déséquilibre dans la relation homme/équidé.

Comment le sophrologue peut fluidifier la relation de ce tandem, notamment dans une approche de compétition sportive ? Le thérapeute qui endosse dans ce cas le rôle de coach mental peut actionner plusieurs leviers à travers des exercices simples à mettre en place mais qui offrent des résultats évidents. Le sophrothérapeute peut proposer des exercices basés sur la respiration afin d’apprendre à se calmer, à se concentrer, à se recentrer ou encore à se dynamiser.

La sophrologie pour le cavalier peut être synonyme d’exercices de relaxation dynamique. Il s’agit de mouvements afin de mieux appréhender son propre corps et maximiser sa posture dans l’espace. Le langage corporel est primordial pour communiquer avec le cheval et libérer les tensions sous-jacentes. Enfin, une troisième catégorie d’exercices fonctionne par la visualisation positive. L’idée consiste à ce que le cavalier se programme positivement pour être plus performant y compris dans sa position sur sa monture.

Si vous souhaitez découvrir les bienfaits de la sophrologie en tant que cavalier ou si vous désirez vous former aux différents exercices thérapeutiques, la formation Caval-Connect va vous plaire. Pour en savoir plus, contactez-nous !

Sébastien BORCHI

 

Catégories : Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *